Il y a 150 ans : Saint Moritz ou la genèse du tourisme d’hiver.

Précoce cette année, la neige a déjà recouvert d’un épais manteau blanc tous les massifs alpins, gage d’une saison exceptionnelle de ski. L’occasion pour nous de vous proposer un voyage dans le temps afin de découvrir comment ces montagnes se sont imposées au cœur du tourisme d’hiver moderne.

Souvenez-vous notre article sur la montagne d’avant : il y était alors question de thermes, de grands espaces et de sites exceptionnels comme Chamonix..Mais à l’époque, pas de ski !

Alors, comment sont nés les sports d’hiver modernes ? et où ?

St_Moritz_und_Umgebung_Schlumpf_J_btv1b8445039k

Tout a commencé en Haute Engadine, dans le canton des Grisons, en Suisse. C’est une des régions les plus hautes et les plus froides de Suisse. Le climat hivernal y est rigoureux mais la région, composée de lacs et de villages pittoresques classés au patrimoine de l’UNESCO, vaut le détour. L’été, lui, y est très agréable et la présence de sources en fait une destination thermale réputée.M32688-23 001

Les riches anglais de l’époque (1855) fréquentent les pensions et les hôtels de luxe y fleurissent bientôt. Ces touristes fortunés visitent à la faveur de l’été la station de Saint Moritz les Bains qui est l’un des plus hauts villages habités d’Europe, perché à 1856 m d’altitude. Ils viennent y chercher l’air pur et sain dont ils manquent cruellement à Londres. Comme nous l’avions vu, ce sont déjà eux qui furent à l’origine du développement du tourisme montagnard, à Chamonix à la même époque.

En 1864, un hôtelier de Saint Moritz audacieux décide de proposer à ses clients de l’été de venir découvrir son village en plein hiver, leur promettant un séjour inoubliable dans un paysage grandiose. C’est Johannes Badrutt, propriétaire du légendaire Hotel Kulm.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

A la faveur d’un système routier avancé développé par la Suisse et son service de poste, alors responsable des transports publics, il peut assurer à ces premiers touristes un accès facilité jusqu’à son hôtel. En comparaison, il faudra attendre encore 40 ans pour pouvoir se rendre aisément à Chamonix.

La poste Suisse

Sûr de lui, le propriétaire garantit à ses hôtes de les rembourser intégralement si leur séjour ne les satisfaisait pas pleinement. Une promesse qui se transforme en succès, puisque nombre de ces visiteurs anglo-saxons, venus pour Noël, resteront jusqu’à Pâques ! Ils repartiront alors sur leur île, bronzés et reposés, car dans ces montagnes et à cette altitude, le soleil est presque toujours au rendez-vous, quand il se fait rare à Londres.

Ravis de cette première expérience, ils reviendront tous les ans et les activités d’hiver vont commencer à se développer.

L’offre de loisirs initiale, de nature et de grands espaces, s’enrichit bientôt de sports, activités toutes britanniques : le patin à glace et ses dérivés que sont le hockey et le patinage artistique, le bobsleigh, la luge ou encore les courses de chevaux sur les lacs gelés, pratique particulièrement réputée à Saint Moritz.

Saint Moritz courses de chevaux

Viendra ensuite le ski dit alpin qui sera l’ACTIVITE qui propulsera les stations d’hiver. Mais ceci est une autre histoire, alors… à bientôt pour un nouvel épisode !

Au service des hôteliers et spas suisses depuis 1993, Caractère Swiss propose des articles adaptés à leur clientèle. Vous trouverez ainsi des maillots de bain de dépannage, des peignoirs, chaussons et serviettes jetables et bien d’autres produits à usage unique pour répondre à tous vos besoins.

Si vous souhaitez en savoir plus, n’hésitez pas à nous contacter, nous aurons plaisir à vous répondre. Allemand, français ou italien, nos équipes spécialisées vous renseigneront dans votre langue, et également en anglais ou en espagnol.

Publicités

Ski au pied – familles et Paquebots des neiges

Nous avons vu dans des articles précédents la création de la Savoie comme destination touristique avant même son rattachement à la France (1860). Chamonix, d’abord, grâce à l’alpinisme et à sa Mer de Glace. Ville de villégiature et réservée à une clientèle aisée, souvent curiste, prolongeant ses vacances. Par la suite, Courchevel a vu naître le ski alpin avec une station dédiée à cette discipline.

Ces stations sont nées de la volonté d’entrepreneurs, souvent des hôteliers, et quelques amoureux des sports de montagne.

L’après-guerre voit émerger un tourisme de masse européen que les gouvernants français souhaitent capter. Après les côtes atlantiques et méditerranéennes, c’est à présent au tour des montagnes de se développer, avec le fameux PLAN NEIGE (1964-1973).

L’idée première est de construire plus haut dans les alpages inhabités et donc, au lieu de partir de villages déjà existants, de créer depuis une feuille blanche.

La seule raison d’être de ces villes nouvelles, c’est LE SKI ALPIN. Un sport populaire qui doit réunir toute la famille et s’adresser aux classes moyennes.

Les stations de troisième génération vont alors voir le jour. La première d’entre elles est La Plagne.

Sa conception est simple et sera dupliquée sur des stations telles que :

 

La Plagne est créée par l’architecte Michel Bezançon, sous la direction de Robert Legoux, et est une sorte de paquebot des neiges.

800x600_1492861185-laplagne

Paquebot des Neiges à La Plagne

Dans un ensemble compact on peut, comme en mer, faire une croisière de huit à quinze jours, en trouvant rassemblés : résidence, centre commercial, équipements collectifs, hôtels et restaurants, le tout relié par des coursives et des ponts promenades : C’est la station intégrée.

club-med-la-plagne-2100

Club Med de La Plagne en face de la Grenouillère

En face du paquebot des neige se trouve ce que l’on appelle la « grenouillère ». C’est le replat bien situé, facilement enneigé grâce à une bonne altitude, et idéalement ensoleillé grâce à son orientation vers le sud. Le nœud névralgique vers lequel vont converger les principales grandes pistes du domaine skiable environnant et d’où partent les principales remontées mécaniques. On trouvera également à proximité immédiate les petites pentes et terrains faciles équipés de télébabys permettant le ski des débutants et tout-petits.

giphy-downsized-large (3)

Comme à la plage, c’est vers cette grenouillère que tous les skieurs se dirigent et se retrouvent, c’est là que l’Ecole du Ski Français organise ses rassemblements et, là aussi, qu’on rencontre les non-skieurs venus admirer les exploits de leurs enfants ou amis plus sportifs.

La grenouillère devient la place du village diurne et sportive. C’est le fameux Départ SKI AU PIED.

ucpa-la-plagne-le-france

UCPA la Plagne

Au nord se trouve la route d’accès qui s’élargit en parc de stationnement.

Ici, pas d’hôtels ni de petites résidences, comme dans les stations de première et deuxième générations, mais des appartements placés dans de grands immeubles. Le but architectural est de limiter l’espace au sol et le but économique est de réduire le coût de construction tout en augmentant le nombre de clients par m².

L’après ski est facilité par la proximité des immeubles, et la grenouillère laisse alors sa place à des couloirs et places couvertes où se trouvent les commerces restaurants et bars. Les touristes, ayant délaissé leur voiture, restée au garage pendant tout leur séjour, peuvent s’y rendre aisément.

150.000 lits vont être créés et de nombreux immeubles construits, quand les pouvoirs publics avaient projeté le chiffre astronomique de 350.000 lits.

Le déséquilibre entre l’investissement nécessaire au fonctionnement des remontées mécaniques et le peu de rentabilité de ces activités, la crise économique, et surtout l’opposition des populations locales qui ont été expropriées de leurs alpages pour hériter de ces paysages bétonnés vont mettre fin à ce double plan quinquennal.

Malgré les critiques, ces stations restent le cœur du tourisme de la Savoie et de la vallée de la Tarentaise, qui reçoivent la plus grande partie des touristes.

Il faudra attendre la moitié des années 80 pour voir apparaître de nouvelles stations, plus à taille humaine, mais qui ne pourront pas rivaliser avec l’attractivité de ces stations. Et du pari encore gagnant: Neige + Ski au pied + Prix attractif.

 

Hôteliers, vous vous voyez comment, vous, en 2030 ?

Cette question a de quoi surprendre… mais on vous l’a peut-être posée au moins lors de votre entretien d’embauche. Et vos chambres, alors ? Comment seront-elles ?

AccorHotel Benelux a voyagé dans le temps, en nous immergeant dans une chambre type de chaque décade du siècle dernier… pour finir par nous offrir sa vision de la chambre de 2030.

Patrick Kooiman, rédacteur dans le magazine d’architecture d’intérieur interiorator.com, nous invite à traverser le temps dans une chambre d’hôtel, jusqu’à découvrir ce qu’elle pourrait être dans une dizaine d’années.

Premier constat : il y a toujours un lit, des draps et de l’éclairage !

Le reste ? Il est apparu au fil des innovations et de l’évolution des modes de vie.

Petit décryptage :

Le lit

Nous restons sur notre faim avec un lit quasiment sans évolution hormis son look.

On aurait pourtant aimé voir les nombreuses améliorations qu’il a connues depuis 1900. Des détails cachés, dirons-nous :

  • le matelas avant tout : en mousse, à ressorts, en matériaux évolutifs à mémoire de forme, etc. L’histoire ne remonte pas assez loin pour pouvoir parler de paillasses !
  • le sommier aussi : de la simple planche aux lattes, en passant par les ressorts.
  • les alèses, d’abord plastifiées et bruyantes, remplacées par des non-tissés respirants et jetables garantissant une hygiène parfaite.
  • les sous-taies qui ont connu la même évolution,
  • les sur-matelas, utilisés en premier dans les hôtels haut de gamme, puis dont l’utilisation s’est démocratisée jusque dans les IBIS.

Mais certains détails qui auraient pu être visibles également, comme les matelas inclinables par exemple.

giphy

 

Il semble qu’il reste encore beaucoup à faire pour améliorer l’expérience client dans LE meuble qui reste le plus important d’une chambre d’hôtel.

Les draps

En ce qui concerne les draps de nombreuses innovations dans les tissus nous permettront d’obtenir des tonnes d’informations sur notre état de santé, d’améliorer notre sommeil.

giphy (1)

On pourrait faire les lits plus rapidement, pour ne plus avoir, par exemple, de problèmes de draps froissés ou de tâches sur les protège-matelas.

Caractère Paris travaille de façon continue à améliorer les tissus avec des innovations telles que les draps et les taies d’oreillers en Vylex.

L’éclairage

Les lampes à pétrole, autrefois parfois difficiles à garder allumées, ont été remplacées par les ampoules et autres LEDs, couplées de systèmes de contrôle dernier cri. On peut ainsi les allumer d’un simple claquement de main ou depuis son téléphone portable, et même en faire varier l’intensité à volonté.

Un certain Belmondo avait déjà imaginé ce système dans les années 70, d’ailleurs.

Le Casse Jean Paul Belmondo - 800x340_optimized

Le téléphone et la télévision

Le téléphone, déjà présent dans la première chambre, et la télévision, qui n’y entre qu’en 1950, vont connaître de nombreuses transformations. Omniprésents de nos jours, ils disparaissent dans la chambre du futur pour n’être plus qu’un seul et même dispositif : un écran interactif couvrant l’ensemble des murs. Les images remplacent les miroirs et la réalité augmentée vous permet d’accéder à une multitude de services !

giphy-downsized-large

Et la machine à café ? Si vous la trouvez dites-le nous, elle a disparu en 2030.

Le premier service à café apparaît sur la table de 1950 et connaît une évolution jusqu’à nos jours.

 

On a cherché, mais à part un robinet à côté de deux tasses, on n’a rien vu… Comment Patrick Kooiman a-t-il imaginé la chose ? Mystère. Si vous avez une explication, nous sommes preneurs !

Cette vision d’architecte est belle et intéressante mais comment va évoluer l’hôtel et son personnel ?

Vous qui y travaillez, dites-nous comment vous voyez votre rôle dans l’hôtel de demain. Laissez-nous vos commentaires, nous en sommes friands.

Refuge de montagne : La quête du Paradis Perdu…un royaume bien gardé.

coucher de soleil sur la montage

LA RANDONNEE EN MONTAGNE

La randonnée en montagne est une activité de plus en plus pratiquée : chaque année, le nombre de licenciés de la FFRandonnée progresse de 2,5%, atteignant à ce jour 242.500 inscrits. Celle-ci fête d’ailleurs cette année 2017 les 70 ans du GR (Sentier de Grande Randonnée), avec 141.200 kilomètres de sentiers répertoriés dans sa base de données.

Bien sûr, tous ces chemins ne sont pas en montagne : Le GR 1, par exemple, fait le tour de Paris.

Mais très vite le randonneur ajoute de la difficulté à sa marche et veut découvrir les paysages les plus extraordinaires et inaccessibles, le plus souvent en montagne, comme :
– Le GR 7 du Ballon d’Alsace à Andorre.
– Le GR 9 de Saint Amour (Jura) à Port Grimaud (Var)
– Le GR10 la Grande Traversée des Pyrénées
– Le mythique GR20 (Corse)
– et beaucoup d’autres !

On retrouve sur ces GR de nombreux citadins. La génération Les Bronzés Font Du Ski a transformé leur fameux « planté de bâton » en une technique du bâton de marche nordique.

tumblr_inline_ol69aigbju1s9x8us_500

Le tourisme de montagne – traditionnellement d’hiver – s’est, lui aussi, converti à ce nouveau type de vacances : la montagne d’été.

De ce fait le refuge (au début simple cabane de berger) est maintenant un hôtel à part entière même s’il comporte des particularités qui lui sont propres : Car dans un refuge, le roi n’est pas le « patron » (qui n’est qu’un gardien) ni le « client » (qui n’est qu’un usager), mais l’Espace Naturel.

La plupart des refuges français de montagnes sont gérés par la Fédération Française des Clubs de Haute Montagne (FFCAM). Cette fédération gère 127 refuges et chalets dans tous les massifs français (Alpes, Pyrénées, Massif Central, Vosges, Jura etc.…)  Ainsi qu’au Maroc. Ce qui représente 6.495 lits et 280.000 nuitées (chiffre de 2017).

Oui, vous avez bien lu : 280.000 nuitées par an !

Quant au Club Alpin Suisse (CAS) il gère 152 cabanes (soit plus qu’en France) et comporte 150.000 membres (chiffre de 2016).

Georges Elzière, président de la FFCAM, déclare dans le Guide des Refuges et Chalets de Montagne que la fédération s’investit à ouvrir et à reconstruire des refuges destinés à « des publics nouveaux pour leur permettre de découvrir la montagne ».

Ces gîtes, plus grands et plus confortables qu’auparavant, apportent des services nouveaux.

tumblr_inline_ol69bd6AYv1s9x8us_500

On est bien loin de l’époque des Bronzés découvrant un refuge de Haute de Montagne, qui n’est désormais plus qu’une image d’Epinal.

Les refuges, chalets ont en effet bien évolué depuis : chaque année la FFCAM investit 5 millions d’Euros dans des développements importants. Elle a déjà dépensé plus de 25 millions en améliorations depuis l’an 2000, début de la transformation des refuges. Les pouvoirs publics (Etat, collectivité territoriale, l’Europe, les Chèques Vacances) financent également une grande partie de ces infrastructures. Cela marque bien la volonté publique d’ouvrir à un plus grand nombre ces structures. Moins sportif, plus familial…

Le refuge du Gouter

Le refuge du Goûter

Le financement des cabanes par contre est plus problématique en Suisse d’après le Club Alpin Suisse.

LES GARDIENS DE REFUGE

Les refuges de montagne actuels cachent souvent deux facettes : comportant un service hôtelier l’été, alors gérés par des gardiens de refuge (ou de cabane, en Suisse), et retrouvant leur simple rôle de refuge, au sens premier du terme, l’hiver.

Leurs gardiens, la plupart du temps saisonniers (peu de refuges ont un gardien toute l’année), sont sous contrat d’intérêt commun avec la FFCAM. Ils sont les hommes (et femmes) clefs de ces « nids douillets ».

Une vraie vocation, quand on sait que leur activité est le plus souvent déficitaire : les frais de séjour ne leur sont effectivement reversés que pour partie, l’autre part participant aux frais de fonctionnement et de développement des lieux et de la fédération.

Eloigné des centres urbains – par définition – ils ont une vie familiale des plus difficile.

Seul l’amour de la montagne et du service à autrui les poussent à continuer : Pourtant la quasi intégralité (95%) s’accroche à cette vie, seuls environ 10 gardiens par an doivent être remplacés (une paille comparée au turn-over dans l’hôtellerie traditionnelle).

Cet isolement et ce type de vie ci particulier les ont poussés à se regrouper en syndicat en France (SNGRGE) et en association en Suisse (cabane-suisse.ch). Cette dernière les définie bien : « Un peuple bigarré, d’idéalistes et d’individualistes ».

Leur rôle est vaste :

  • Service hôtelier à proprement parler,
  • Plomberie,
  • Cuisine,
  • Menuiserie,
  • Électricité,
  • Difficile portage des marchandises,
  • et surtout accueil et conseil et expertise : car quand on parle de montagne et de météorologie, il est question d’expérience et de connaissance, sécurité oblige !

 

Aussi, ce sont de nos jours des professionnels certifiés par un diplôme qui sanctionne des études universitaires de 600 heures. Il y est entre autres questions de comptabilité et de marketing, mais aussi d’accueil, de restauration et surtout de connaissances du milieu montagnard (secours, météo, reliefs).

LES USAGERS

giphy

 

De leur côté, les nouveaux pensionnaires, souvent citadins et peu expérimentés, doivent être éduqués aux règles de vie de ces lieux où l’abondance n’est plus une évidence.

 

 

 

  1. Ils doivent tout d’abord prévenir de leur arrivée et réserver leur chambre : le refuge a vocation à donner un toit mais ce n’est pas – ce n’est plus – une œuvre caritative.
  2. Le client doit également s’enregistrer auprès du gardien, ce qui permet de suivre les randonneurs. En fonction du parcours prévu, le gardien va communiquer avec ceux des refuges suivants et précédents pour s’assurer que tout le monde est arrivé à bon port. Il informera également l’utilisateur des règles propres au gîte.
  3. Dans de nombreux refuges, les chaussures et les sacs sont stockés dans une pièce consacrée. Cela pour plusieurs raisons :

– la propreté de l’espace commun (n’oublions pas que le gardien est souvent seul à nettoyer le chalet).

– éviter que des nuisibles – comme les puces de lit dont nous avons déjà parlé dans un article consacré au chemin de Compostelle – ne soient introduits dans les chambres.

  1. Les horaires doivent être respectés : dîner, petit déjeuner, commande de pique-nique la veille pour le lendemain, ménage…
  2. Les nouveaux « montagnards » doivent respecter les anciens et vice-versa. Ces derniers peuvent être des alpinistes, trekkeurs ou trailers qui souhaitent dormir tôt pour se lever aux aurores le lendemain. Le silence est donc de mise dès l’extinction des feux. De même les matinaux doivent respecter les lève-tard.
  3. L’utilisation des toilettes est également un sujet très important. L’élimination des eaux usées (quand le refuge a de l’eau) est le principal problème des gîtes qui doivent préserver au maximum l’environnement de haute montagne. De plus en plus de refuges utilisent d’ailleurs des toilettes sèches pour limiter l’utilisation d’eau, denrée indispensable.la cabane de toilette seche

Enfin les déchets sont souvent évacués par hélicoptère, ce qui implique un coût très important.

giphy-downsized-large

hélitreuillage de chèvres

7. Mais le moment le plus important évidemment est la rencontre avec les autres autour d’un plat chaud, fort moment de convivialité et d’expériences partagées entre les anciens, les nouveaux, les accros ou les novices. Le monde de la montagne s’agrandi chaque année !

DES PRODUITS ADAPTÉS

Caractère Paris et Caractère Swiss fournissent des draps à usage unique ou multitple depuis des années les refuges et cabanes en France et en Suisse.

Nos produits sont très appréciés car ils sont économiques, légers et peu encombrants.
Ils répondent aux exigences d’hygiène, protégeant la literie contre l’installation de nuisibles.

Les gardiens de refuge, toujours ingénieux, nous font régulièrement part de leur expérience et de leur satisfaction. Ainsi, ils les réutilisent parfois comme protection contre les premiers gels ou comme feutre géotextile.

l_sac-de-couchage-3jpg

Vous trouverez entre autres :

En cas de besoin particulier, n’hésitez pas à nous contacter pour trouver ensemble des solutions : nous pouvons développer le produit qu’il vous faut !

 

 

 

La montagne fait de nouveaux adeptes tous les jours. Plus de 2 millions de personnes ont visités les massifs français en 2016 et 1 Suisse sur 10 fait partie du Club Alpin Suisse. Les gardiens ne sont pas seulement des hôtes pour des touristes en randonnées. Ils sont les protecteurs d’une tradition et d’un environnement que notre civilisation essaye de retrouver.

 

 

Expérience Client : Chausson d’hôtel, pantoufle, mûle, tong pour bord de piscine et spa… Chacun son usage, chacun son histoire

L’expérience client en hôtel est devenue l’arme anti AirBnB dans les hôtels du monde entier. Des services supplémentaires apparaissent comme l’offre de chaussons dans la chambre.

source

En effet, chaque année, toujours plus d’hôtels proposent des chaussons dans les chambres. Cette tendance de fond est due à l’augmentation du nombre de touristes asiatiques.

Nous avons déjà vu à plusieurs reprises l’importance des chaussons pour les touristes japonais et chinois.

Leur nombre croissant en France ne fait qu’augmenter la tendance.

Aujourd’hui, nous aimerions faire la différence entre chaussons et pantoufles, mules, babouches et tongs et pourquoi autant de mots sont utilisés.

D’abord, le mot le plus générique que l’on peut rencontrer est le mot chausson.

Il existe des chaussons d’intérieur qui ont vocation à la décontraction (ceux qui nous intéressent) et des chaussons pour d’autres usages tels que la danse (chaussons de danse), le sport (appellation vieillie), l’escalade, l’escrime, etc.

giphy-downsized

 

Le Littré date le mot chausson du 13e siècle, le CNRTL, lui, de la moitié du 12e. Tous deux le définissent comme un chaussant de tissus moelleux.

Dans les chaussons d’intérieur, il existe plusieurs modèles qui souvent correspondent à des formes différentes :

La Charentaise par exemple est un chausson dont le talon est fermé. Célèbre pour son tissu si particulier et son confort douillet.

Les mules, babouches ou même les pantoufles ont plutôt une ouverture à l’arrière sans attache pour permettre au pied de s’y introduire sans avoir à se chausser.

Le mot Pantoufle se retrouve dans de nombreuses langues modernes et son origine diffère selon les pays. Certains pensent qu’il vient du sud de l’Europe: Italie, sud de la France ou pays catalans avec à l’origine une construction identique au mot Moufle « man-oufle », ou bien une déformation de Panoufle (Laine de mouton mise dans les sabots pour améliorer leur confort).
Dans les langues nordiques (allemand, danois, hollandais), certains avancent que le mot Pantoufle a été créé en Italie venant des Goths et composé de Pan, Pannus (drap, étoffe) et tufola qui signifie léger.

mules

Mules reproduites pour le film Marie-Antoinette de Sophia Coppola

L’origine des mules est plus simple : elle vient du latin mulleus calceus . De couleur rouge, elles étaient portées par les plus hauts magistrats.
Par la suite, elle devint la chaussure d’intérieur des femmes… d’intérieur. Et cela dans tous les sens du terme, de Marie-Antoinette (qui possédait plus de 500 paires de mules) à la courtisane du 16e au 20e siècle.

La tong, elle, a un nom plutôt moderne (20e siècle). Deux théories se croisent : une d’elle indique qu’elle vient d’un entrepreneur Cambodgien Chip Tong, qui aurait créé dans son usine la première tong plastique dans les années 60. Une autre venant de l’anglais Australien (thong) qui veut dire lanière.

1200px-Ägyptisches_Museum_Leipzig_262

Par Einsamer Schütze — Travail personnel, CC BY-SA 3.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=8672370

Par contre sa fabrication traditionnelle existe depuis des temps ancestraux. On retrouve sur la palette du roi Nermer (premier pharaon de la première dynastie égyptienne) des dessins d’une sandale à lanière centrale qui n’était utilisée que pour les cérémonies et qui mettait en avant ses pieds extraordinaires.

En résumé:

Le chausson qu’il soit mule, pantoufle, babouche ou tong existe depuis la nuit des temps. Les hommes ont toujours préféré porter des chaussures spéciales dans leurs intérieurs.

Dans toutes les civilisations, le chausson se porte pour se décontracter et se reposer, ce n’est pas nouveau.

Donc à l’heure de l’expérience client universelle, le chausson est un élément indispensable d’une chambre.

Les chaussons de chambre d’hôtel sont aujourd’hui plus des mules que des Charentaises. Ils sont confortables, mais ne doivent pas grever le budget de l’hôtelier.
Chez Caractère Paris, nous proposons une gamme de plus de 20 modèles différents qui couvre le marché de l’hôtellerie, allant de quelques dizaines de centimes à plusieurs Euros.

Du gîte au carrelage froid au Palace parisien dont le confort est la priorité jusqu’à la tong économique qui aide les clients à ne pas glisser sur les bords de piscine mouillés, tout est possible:

Vous pouvez trouver nos chaussons sur notre site web à partir de 10 paires: pour particulier ou chambre d’hôte. Les hôtels avec plus de chambres pourront choisir la personnalisation.
Enfin vous retrouverez toute notre gamme en stock immédiat en cliquant sur les photos ci-dessous:

 Pantoffeln  Hotelpantoffel Prestige  Cocooning  l_playa-bleu  l_chausson_slipper_nid_abeille_chateau_blanc_pantofflen
 l_chausson_blanc_open_closed_white_hotel_slipper_pantofflen  l_chau_pr_noir  business-slippers-white_web2  l_chau_lx_kid_ang  l_cocooning-web-blue

Serviette carré visage à usage unique – une solution contre le vol dans les toilettes de lobbys des Hôtels

l_carre-visage

Nous avions déjà vu que les clients ne sont pas toujours des plus honnêtes dans les chambres d’hôtels en volant régulièrement quantités de choses. Mais que dire de ceux qui ne sont mêmes pas clients et qui viennent régulièrement se servir pour améliorer leur quotidien.

Je vous passe les histoires maintes et maintes fois contées de maris ayant oublié leur anniversaire de mariage qui offrent les quelques fleurs trouvées dans le lobby.

Les toilettes publiques sont régulièrement pillées des quelques objets qui les composent. 

Un de nos clients Palace historique de la côte Atlantique appartenant à un groupe bien connu en a fait les frais.
Il proposait gracieusement des petites serviettes de courtoisie en coton pour essuyer les mains des visiteurs fréquentant les toilettes du lobby .
Ces petites serviettes, que l’on trouve souvent dans les chambres, sont très pratiques: 
Douces, elles sont posées individuellement sur le lavabo et les clients les trouvent bien plus agréables que les dérouleurs de papier.
Un Palace digne de ce nom doit proposer ce type de prestation. 

Malheureusement de nombreux clients n’ont pas compris « les pauvres » le principe de l’utilisation de ces carrés visages (ou face-cloths en anglais) : Au lieu de les mettre dans la corbeille à leurs pieds, ses serviettes tombaient systématiquement dans leurs sacs à main ou leurs poches. 

La somme dépensée par notre Palace devenait indécente et il nous a contacté pour trouver une solution. En effet, nous avions une solution de serviettes brodées et à usage unique. Nous les proposions jusqu’alors pour l’essuyage de massages ayurvédiques des Spa 5 étoiles. 

Caractère Paris fabrique depuis 1993 toute une gamme de serviettes à usage unique qui peuvent être utilisées soit en salon de coiffure (grand prix de l’hygiène au MCB 2000), soit dans de nombreux métiers du soin en institut de beauté. 

Cette petite serviette ourlée (30 x 30 cm) est fabriquée en Absorbtex® matière douce et résistante en non tissé, complètement recyclable.
Elle absorbe exactement comme une serviette en coton. Elle est proposée individuellement ou bien par paquet de 25. L’hôtel les propose soit à plat soit fait des rouleaux comme sur la photo d’illustration.
L’hôtel n’a plus à gérer son entretien, son comptage et sa disparition.

Les quantités commandées par notre client lui permettent de réduire ses coûts et contrôler son budget.

Cela fait maintenant 5 ans que nous équipons ce beau Palace (et d’autres) et le budget réservé à cet endroit stratégique est maintenant revenu totalement à la normale.

Si vous aussi vous êtes confrontés à des disparitions insolites de ce type d’articles n’hésitez pas à nous contacter au 01 49 89 01 83 nous saurons vous aider à résoudre vos problèmes.

 

Hôtes – alèses semi durable: 10 bonnes raisons de les utiliser

1. Une propreté irréprochable

Qui n’a pas trouvé des cheveux, des poils de pubis et autres taches suspectes sur les alèses des hôtels et des gîtes. Sans être les candidats de Bienvenue à l’hôtel, il faut reconnaître que lors d’une simple inspection de franchise ou de groupement, cette remarque revient tout le temps. 

C’est pour cela que nous avons inventé cette alèse qui peut durer des mois et qui n’a besoin d’être remplacée que quand elle est sale ou selon des critères définis par les cahiers des charges de chaque hôtel.

k_alese_imperm_12. Un gain d’argent

L’argent est important, en fonction de la quantité et de la taille nous vendons des alèses autour de 2€. Beaucoup moins chère qu’une alèse traditionnelle. Qui de plus peut couter encore plus chère à laver avec un résultat pas toujours au rendez vous. Les taches de sang de bave restent souvent même après un lavage à la laverie. Et que dire des poils qui restent toujours piqués quoi que l’on fasse.

3. Un gain de temps.

Si vous lavez votre linge ou si vous le donnez à laver, vous savez que vous devez attendre que le linge soit propre et sec pour le récupérer et le remettre dans le lit. Beaucoup de temps et d’énergie de perdu pour une simple alèse. 

4. Une meilleure gestion du linge.

L’alèse jetable est toujours disponible, car elle prend moins de place qu’une alèse traditionnelle. Nous livrons en général en 24/72 heures toute l’Europe, ce qui permet de ne pas être en rupture.

l_drap-housse-nuitranquille-35. Un aspect professionnel.

L’alèse est composée d’une matière en non tissé inventée il y a moins de 10 ans et sélectionnée pour ces différentes qualités indispensables à une bonne nuit.

Imperméable suffisamment pour une utilisation normale dans un gite ou un hotel, ce qui permet d’avoir une bonne respirabilité et peu de bruit. 

6. Une facilité d’emploi

Toutes les alèses Nuit Tranquille sont proposées en format housse pour avoir une meilleure accroche et les 11 tailles répertoriées permettent d’avoir toujours une housse bien tendue et ainsi éviter l’inconfort de vos clients.

7. Moins de linge à laver

Moins de linge à laver ce n’est pas seulement des gains de temps et de prix, c’est également un geste écologique en diminuant l’impact sur l’environnement avec l’utilisation intempestive de détergents et autres adoucissants. L’alèse est 100 % recyclable et est valorisée.

8. Moins de service à l’extérieur et leurs aléas

Si vous faites appel à un service à l’extérieur de nettoyage, il arrive que le service ne soit pas à la hauteur de vos espérances : retard, alèses perdues avec des taches ou qui ont rétrécies. En n’utilisant pas de service à l’extérieur vous pouvez vous concentrer sur l’important. L’accueil de vos clients plutôt que des problèmes réguliers avec vos fournisseurs.

9. Un gain de place.

L’alèse Nuit tranquille grâce à son matériau en non tissé prend 2 fois moins d’espace qu’une alèse normale. Un gain de place pour ceux qui doivent gérer énormément de linge.

source

10. Un meilleur confort pour vos clients. 

Enfin et c’est le plus important l’alèse Nuit Tranquille permet de protéger votre literie tout en donnant un confort accrue à vos clients. Respirante, toujours propre, imperméable.

Si vous voulez en savoir plus n’hésitez pas à consulter notre page sur l’alèse Nuit Tranquille que vous soyez un gîte de petite taille ou un groupe d’hôtels nous trouverons la solution qui vous convient le mieux.